Stage Jujitsu de Mai en Ardèche

Nous étions 12 à baigner dans l’atmosphère lumineuse et vibrante du printemps des contreforts de la montagne ardéchoise. Dojo les matins à la fraîche et le soir, cueillette de cerises, jardin, baignades, marches nocturnes pour le lever du soleil rouge sur les Alpes, gastronomie (grâce à Léo). Comme à chaque fois, la nature, les rencontres, et les activités de Laboule ont permit un ressourcement si important et utile à nos âmes citadines.

Voici quelques photos qui illustrent bien ces moments de vie…

 

Prochain stage début août pour les pratiquants de jujitsu !

Stage enfants à Laboule – Avril 2017

Bonjour à tous!

Voici un petit récapitulatif de la semaine passée à l’Ecocentre de Laboule du 8 au 15 avril. Vous trouverez une courte vidéo souvenir en cliquant sur ce lien Youtube: Stage enfants avril 2017.

Durant ce stage enfants Nature & Arts Martiaux, petits et grands ont eu l’occasion de faire des activités absentes de la vie parisienne (comme par exemple, construire un compost à 3 compartiments à base de saccate, autrement dit les rejets sauvages du châtaignier).

Printemps 2017

Les cerisiers étaient en fleurs.

Les enfants étaient peu nombreux et ont donc pu créer des liens d’amitiés plus approfondis que dans le seul cadre du dojo. Ils ont appris à mieux se connaître, accepter les différences de chacun et s’entraider dans différentes circonstances (que ce soit pour un passage difficile dans une balade, la construction d’une cabane, ou la motivation pour aller se baigner).

20170413_154601

En effet, les cours d’eau d’Ardèche en avril ne sont pas toujours très chauds!

Au cours de plusieurs balades dans les monts d’Ardèche, nous avons découvert des choses étranges… comme cette pelote de réjection, ou boulette de régurgitation venant probablement d’un rapace et qui, si on s’amuse à la décortiquer, permet de savoir ce que l’oiseau a mangé. Cela a tellement fasciné les enfants qu’Eloi a même décidé de la mettre dans son sac pour la montrer à sa famille!

DSCF0882

Enfin, les journées étaient rythmées par les séances au dojo qui étaient l’occasion, entre autres, d’une partie de foot endiablée, de kata inventés, ou d’exercices un peu différents… le tout dans la bonne humeur!

Vous trouverez toutes les informations concernant les prochains stages en Ardèche sur notre site, rubrique “Programme”.

De plus, pour être au courant en temps et en heure de l’actualité de nos activités, nous vous conseillons d’aimer notre page Facebook: Ecocentre de Laboule ainsi que celle du dojo: Dojo Shiseikan Paris.

Merci de votre soutien et de votre intérêt!

Elinor

Lundi 6 février 2017

La vidéo de présentation du projet de l’Ecocentre est disponible sur le youtube “Ecocentre de Laboule” !

Vendredi 3 février 2017

Alors que les vacances d’hiver débutent, voilà pour nous réchauffer, les diaporamas des stages d’été, enfants et adultes, ainsi que celui du chantier participatif.

Vendredi 16 décembre 2016

Automne 2016, une semaine de stage à l’ecocentre de Laboule pour faire le plein de vie poétique! Laissons parler les images…


Voici une rétrospective sur les quatre semaines que j’ai passées à Laboule cet été, une petite fenêtre que j’ouvre mon expérience…

_mg_7124

La vue que j’avais depuis ma chambre, chaque matin.

Bonne lecture!

SEMAINE du 16 au 23 juillet 2016 – CHANTIER PARTICIPATIF

Nous revoilà à Laboule! Bien des choses ont changé depuis que j’ai quitté l’écocentre en avril. Par exemple, la faïsse est désormais longée de plants de roquette, de courgettes jaunes et de haricots verts…

Cette semaine a accueilli plusieurs personnes qui étaient en transition : entre leurs études et le monde professionnel, entre des phases de vie différentes et entre divers pays (pour nos deux WWOOFers originaires des îles Canaries). L’écocentre aussi a vécu une sacrée transition cette semaine là : nous avons fini le plancher de la salle des fêtes, construit une rambarde d’escalier, enduit les murs de chaux puis gratté les pierres, prolongé la faïsse en bas du potager.

 

Yves, maître menuisier (entre autres… car Yves est aussi musicien et professeur), a guidé l’équipe du plancher de la rambarde dans un travail de précision. Il n’était pas rare d’échanger les progrès dans nos chantiers respectifs pendant le repas du déjeuner, et on entendait ceux qui étaient « au plancher » s’étonner du temps qu’il faut pour bien faire ce travail : une matinée pour quatre planches, parfois, est le temps qu’il faut ! En effet, on s’y reprend à plusieurs fois pour que les planches épousent le contour du mur et s’emboitent parfaitement.

 

Construction du plancher et de la rambarde pour l’escalier…

Bardage des murs…

Matthias, maître maçon (entre autres… car Matthias est aussi paysagiste, jardinier, et nous sommes plusieurs à penser qu’il pourrait avantageusement remplacer Siri) nous a épatés avec ses 1001 techniques pour enduire les murs. Une technique était de recouvrir totalement la pierre, une autre technique était de laisser apparaître la pierre légèrement en relief mais sans la détourer, encore une autre technique consistait à « laisser venir mourir l’enduit sur la pierre », il y avait des stucs à effet marbré, des enduits dans lesquels on mélange un peu de poussière pour donner un effet vieilli, des enduits que l’on recouvre de cire d’abeille… Ainsi, l’enduit étant maître du temps, il arrivait que nos journées soient rythmées par le travail de la chaux.

 

 

Nous journées étaient aussi rythmées par la délicieuse cuisine d’Emeline, qui a su jongler avec brio entre nos différents régimes (végétariens, sans gluten etc) en s’inspirant parfois de recettes véganes très savoureuses (nous sommes plusieurs à avoir noté la référence du livre qui l’a inspirée : « Vegan » de Marie Laforêt). Betty et Mamie Annie elles aussi nous ont gâtés en apportant une assortiment de fromages auvergnats, dont le ——- qui eut un succès foudroyant. (Nous y avons tous succombé.) Nous avions toujours hâte de nous retrouver à l’heure du repas, mais ne pouvions jamais nous fier au clocher du village pour l’indiquer, car ce clocher est digne d’une pièce de Ionesco : il sonne midi à 12h25 et dix-neuf heures à 19h25 !

 

 

Une sortie était proposée chaque après-midi, tantôt baignade, tantôt balade, parfois du temps libre…

 

imgp0154

 

… et nous nous cultivions avec des projections de film, et l’exposition d’art au village.

Exposition des artistes du village…

Voilà comment, rien qu’en une semaine, nous avons rendu l’étage supérieur sûr et spacieux, mais surtout prêt pour l’arrivée des enfants…

SEMAINE du 23 au 30 juillet 2016 – STAGE ENFANTS

 

Si vous me demandiez les moments marquants du stage enfants, je dirais : la dégustation quotidienne du pain au levain d’Olivier, la découverte des lucioles et la contemplation des kata inventés par les enfants. Les enfants, eux, vous raconteraient plutôt comment ils ont vu les anneaux de Saturne pour la première fois (je ne m’étendrai pas sur le pain d’Olivier, mais comme vous le constatez, pour moi il a détrôné les anneaux de Saturne). Grâce à un voisin passionné d’astronomie qui était en vacances avec du matériel de pointe, nous avons passé une soirée à scruter le ciel. Le télescope était relié à un ordinateur ; ceci permet de suivre une cible spécifique ; nous pouvions voir le télescope bouger « tout seul » pour se caler sur Saturne dans un premier temps, et ensuite sur une constellation (dont j’ai oublié le nom).

Une grande partie de cette semaine, consacrée de tout cœur et de toute énergie aux enfants, a été les jeux dans la nature. Il y eut de mémorables exploits de plongeons chez les petits et les grands, notamment deux WWOOFers ; les sauts périlleux, et saltos avant/ arrière d’Eric et Jean-Phi étaient de vraies performances et ont inspiré les enfants !

 

 

De retour à l’écocentre, les jeux de cabane étaient sans fin, et les enfants (bien filous) ont confectionné des pièges à adultes tellement convaincants que certains s’y sont pris.

Cette semaine là, la place du village a accueilli divers concerts…

 

imgp0128

Il y a une petite balade de 15min à faire à la tombée de la nuit où l’on peut, si on a l’oeil, repérer des lucioles. Au moment où nous nous découragions tous de ne pas en voir, j’ai aperçu quelque chose de vert fluorescent dans l’herbe. J’ai honte d’avouer que j’ai pris la luciole pour une diode électro-luminescente, tant elle émettait un rayonnement puissant, et j’ai passé mon chemin. Heureusement que l’un des enfants avait plus de bon sens ; après avoir délicatement posé la luciole au creux de sa main, il a couru nous rejoindre. Ainsi, grâce à Noé, nous avons tous pu contempler le merveilleux insecte !

Enfin, qui dit semaine d’arts martiaux dit pratique. Un moment particulier a eu lieu le vendredi matin : tous les adultes sont conviés à une démonstration. Nous avons vu des roulades, des combats avec et sans bâton, des katas traditionnels et des katas inventés. Chaque enfant nous a présenté un kata spontané, inspiré d’un animal qu’il choisit lui-même ou que Stéphane lui propose. Nous avons eu le droit à plusieurs katas de singe (le bonobo, le gorille, le chimpanzé), au kata de l’écureuil, du dragon, et d’autres qui m’échappent… J’étais impressionnée par le courage des enfants qui, bien qu’un peu intimidés parfois, ont osé nous montrer quelque chose qui sort des tripes (et du cœur). Chaque kata sonnait « juste » à sa façon, et certains évoquaient clairement l’animal choisi ; sans aucun doute, les enfants ont su donner sa dimension artistique à l’art martial.

img_7271

 

 

Enfin, n’oublions pas le travail des WWOOFers en arrière plan. Grâce à eux, la salle des fêtes était prête à inaugurer le samedi 30 juilllet au soir !

imgp0050

Ainsi, la semaine du stage enfants fut remplie de jeux, de découverte, et aussi de succulence — comment oublier le gâteau au chocolat de Chloé, qui a marqué l’été de nous adultes aussi, disons-le !

imgp0102

 

SEMAINE du 30 juillet au 6 août 2016 – STAGE ADULTES

La salle des fêtes a bien porté son nom : nous l’avons inaugurée samedi soir, en compagnie d’une bonne partie des habitants de Laboule. Chloé avait préparé pour l’occasion une charlotte parfumée à la menthe du jardin, qui était aussi belle qu’elle était délicieuse… comme tous les plats de Chloé, d’ailleurs ! Aurélien, Aaron et Samuel ont joué pour le plus grand plaisir des convives. On peut dire que cette soirée là, et la semaine entière, avait une bande son : celle de « nos » musiciens. Tantôt du blues, tantôt de la country, tantôt des compositions originales, le doux son des guitares acoustiques, de l’harmonica et des voix nous a accompagné tout au long de la semaine.

 

Puis la semaine a commencée : un mélange de Qi Gong, de Yoga et de Jujitsu. Chaque matin, Stéphane nous amenait dans divers lieux pour faire du Qi Gong, qui est un art énergétique lié intimement avec la nature. Ainsi avons nous pu sentir : l’énergie yang du haut d’une colline très ensoleillée, l’énergie yin du Vignal à l’ombre le matin (le vignal est un point d’eau naturel, où nous nous baignons très fréquemment), l’immersion dans la vie animale et végétale de la clairière secrète au milieu des sapins… Chaque lieu vibrait avec une énergie différente, et les exercices spécifiques que nous proposait Stéphane faisaient ressortir.

065055

 

Après la séance de Qi Gong, nous nous divisions en deux groupes : l’un des groupes retournait au dojo pour pratiquer le Jujitsu, l’autre groupe restait avec moi pour pratiquer du yoga. J’avais été amusée par le retour des participants le premier jour : sans nous consulter, Stéphane et moi avions travaillé des notions très reliées. En effet, le groupe de ju-jitsu avait travaillé sur le déracinement de l’adversaire ; le groupe yoga avait travaillé sur l’enracinement.

 

14040140_10157403147975078_8808392775701921963_n

14055149_10157403148080078_8586990153098727346_n

Les ateliers ju-jitsu et yoga évoluèrent en parallèle jusqu’au vendredi matin, où nous nous sommes retrouvés pour pratiquer tous ensemble. Comme lors de la dernière séance de la semaine des enfants, nous avons vu des katas improvisés, et Vivien a même mené un kata improvisé que tout le monde devait pouvoir (et a pu) suivre. J’ai d’autant plus apprécié cet exercice que ma vision des kata date de l’adolescence, lorsque je faisais beaucoup de karaté. A l’époque on m’avait présenté les kata comme des formes auxquelles on ne touche pas ; on pouvait mettre un peu de son esprit personnel dans les bunkai (les applications martiales du kata) mais on ne prétendait certainement pas inventer son propre kata. Si c’est pendant le stage enfants que j’ai découvert que l’on pouvait s’inspirer de la nature pour proposer son propre kata, c’est lors du stage adulte que j’ai découvert que le kata peut être une invitation dans le monde de quelqu’un. Ce kata que Vivien a improvisé pour nous avait beau ne pas être un kata classique, c’était un kata tellement personnel qu’il en devenait universel.

Après la pratique martiale, Stéphane m’a demandé de mener un exercice en relation avec le 5ème chakra. L’inspiration a fait son travail et je me suis tournée vers un exercice de chant. Nous avions passé une semaine baignant dans la musique, et j’ai demandé à chacun de choisir le son qui leur correspondait dans l’instant présent. Le son du groupe qui en résultat était ample et éthérique, presque (presque…) comme la mélodie qui accompagne les elfes dans le film du Seigneur des Anneaux. Ainsi, la semaine de pratique s’est close sur une note harmonieuse, à tous les sens du terme !

Comme toutes les semaines, le village de Laboule accueillait des spectacles : il y avait un concert à l’église, un concert en plein air et un représentation de théâtre en plein air par semaine. Cette semaine, nous avons eu le droit à une fabuleuse représentation de Cyrano de Bergerac, par « les Allumés de la Lanterne », une compagnie lyonnaise, mais qui était basée à Joyeuse pendant l’été pour jouer aux alentours le soir. Les comédiens étaient vifs et enjoués, et, élément qui a ravi les spectateurs, ils ont su se servir des décors de la place du village pour leur mise en scène avec beaucoup d’inventivité et de justesse. C’était presque un jeu de chat et de souris : tour à tour acteurs et spectateurs échangeaient de place, entre la place de la mairie, les escaliers qui y donnent, et l’aire surélevée où il y a de l’herbe. Il y avait une scène où certains spectateurs étaient même invités à rejoindre les acteurs à table pour un banquet (où les pommes étaient fausses, mais les mais les petits financiers étaient vrais !!). J’ai eu la chance d’en faire partie, et c’était vraiment merveilleux de voir le jeu d’acteur aussi près. Plusieurs d’entre nous avons interagi avec les acteurs d’une façon ou d’une autre ; un peu plus tard dans la scène du banquet, Balthazar a été déplacé de genoux en genoux, et pendant la scène du balcon, il y avait un écho très amusant ce qui se passait au premier plan entre Roxanne, Christian et Cyrano et ce qui se passait en arrière plan, où Jo était perché sur un mur avec une enfant.

 

Chloé était à fond. Nous avions beau être plus de 30, ses mets ravissaient tous les sens : toujours délicieux, toujours merveilleusement présentés. Malgré notre grand nombre, je pense que c’est la semaine où l’aspect logistique était le plus fluide: chacun a vraiment mis la main à la pâte. Saluons Léo et Anaïs(chefs dans la vie, et qui ont pour ambition d’ouvrir un restaurant dans le sud), qui ont assuré le repas de la demi-journée de congés de Chloé.

14045606_10210678335300424_5808009550435996082_n

Evidemment, il y avait des balades, des baignades…

 

14095770_10157403147925078_4028321971806430680_n

… et une quinzaine d’entre nous avons fait une marche de nuit. Selon ceux qui avaient l’expérience des sorties yamabushis, cette marche avait le même esprit de dépassement de soi. Nous sommes partis du site d’escalade de la Coucoulude peu avant le coucher du soleil, destination le pan de sommet en face où la nuitée dehors eut lieu pour la sortie yamabushis de février. Arrivés là haut, nous avons partagé un fameux, somptueux, délicieux dîner : du fromage de chèvre frais succulent qu’on avait acheté à Loubaresse, du saucisson et du vin. Ensuite, nous avons suivi un chemin large, peu dénivelé et peu caillouteux ; il était donc possible de marcher le nez en l’air et contempler les étoiles. Quel ciel !! Je ne savais plus où donner de la tête. Les choses se sont corsées lorsqu’il a fallu presser le pas et descendre pratiquement à pas de course des chemins caillouteux, avec une lampe frontale pour un groupe de deux ou trois personnes. Nous avons tous goûté à l’épreuve physique qui nous oblige à fonctionner au delà notre zone de confort, d’où l’esprit de dépassement de soi qui caractérise les sorties yamabushis. Certains d’entre nous (mais pas tous) étions frustrés que le rythme soit si soutenu, j’étais fatiguée, mais le moment est venu où il fallait accepter que la seule façon de rentrer, c’était avec le groupe. A partir de ce moment là, la difficulté physique de l’épreuve a été dissoute par l’énergie et la cadence du groupe qui avançait en portant chacun. La marche en est devenue méditative.

14142081_10210678342940615_9064160269820397062_n

Un grand moment de la semaine, peut être même LE grand moment de la semaine, c’était notre après midi dans les tourbes de Montselgues. Dans un énorme champ près d’une bâtisse en ruines, nous nous sommes installés pour écouter nos musiciens, prendre un goûter…

Elise y a mené un atelier de peinture à deux. Nous étions mis en binôme avec quelqu’un que l’on ne connaissait pas forcément très bien, puis chaque peintre a choisi son pinceau et ses couleurs, et le binôme partait s’installer dans un coin. Elise passait parmi nous en retournant le tableau de 90° ou 180° ; elle nous invitait à échanger nos pinceaux ou nos couleurs ; elle nous proposait d’échanger de place avec notre partenaire ; elle nous montrait notre œuvre de loin. Grâce à ces interventions, chaque binôme a créé quelque chose de très unique, d’expérimental, et tous les participants furent enthousiasmés par cette activité. Merci Elise de nous avoir aidés à (re)découvrir une créativité qui est à l’écoute de l’autre !

Comme à notre habitude, l’exposition officielle des œuvres se fit en musique dans la plus douce et la plus champêtre des ambiances…

 

La semaine se clôtura vendredi soir avec encore une superbe soirée. Après la musique live, Aaron a pris le relai, et grâce à lui, nous avons tous dansé loin loin loin dans la nuit. L’affection, la solidarité et l’enthousiasme qui soudait le groupe était claire : tous âges et toutes nationalités étaient en symbiose.

dscf9412

 

SEMAINE 6 au 13 août 2016 – CHANTIER PARTICIPATIF

 

La quatrième et dernière semaine de mon séjour à Laboule se raconte surtout en photos, parce que nous avons apporté plusieurs changements à l’écocentre, tant au niveau de la bâtisse qu’au niveau du jardin.

Je vous propose donc un récapitulatif sous le format de photos « avant », « pendant », « après » !

Le jardin qui se transforme en potager, avec des mesures anti-sanglier sérieuses…

La reconstruction du pan de faïsse qui s’était éboulé lors des inondations il y a deux ans…

 

L’aménagement d’un tuyau de drainage, pour protéger une autre faïsse d’inondations en permettant à l’eau de s’écouler (au lieu de faire gonfler la terre, qui ensuite presserait contre les pierres et détruirait le mur)…

La future salle de chauffage, qui était pleine à craquer de bois, a été vidée. Nous avons ensuite comblé les parties irrégulières du sol avec des tuiles, avant de recouvrir le sol d’une dalle de béton.

Préparations pour un deuxième abri-bois à l’extérieur; une pierre plate et accueillante a été choisie pour la partie du muret qui touche le mur de la maison, pour pouvoir s’asseoir et contempler la vue merveilleuse…

Construction d’un abri bois extérieur…

Continuation de l’atelier menuiserie…

Bardage du mur derrière la douche et des murs du grenier…

Arrangement et organisation du jardin…

Application d’enduit sur les murs…

C’était encore une semaine multiculturelle avec trois jeunes WWOOFers notamment : un Australien, une Néerlandaise, et un Français qui parle couramment breton, à 18 ans, d’où le fait que je l’inclus dans le groupe « multiculturel ».

p1140130

Cette semaine là, le village de Laboule a accueilli « Les Tartuffes », un groupe de musiciens absolument GENIAL, qui nous ont tenu captivés, hypnotisés et dansants du début à la fin. Nous avons autant dansé pendant leur première partie du concert, qui était de la musique swing, que pendant la deuxième partie avec sa musique méditerranéenne (Algérie, Liban, Grèce, Iran…).

 

p1140113

Nous avons fait plusieurs soirées à veiller les étoiles filantes, car nous approchions du 15 aout… il y en avait assez pour ne plus savoir quoi faire comme vœu !

Comme d’habitude, Chloé nous a régalé avec des plats aussi délicieux qu’appétissants…

En somme, et comme vous avez pu le lire, ces quatre semaines passées à Laboule étaient intenses et riches. Quel privilège d’avoir fait partie de l’équipe organisatrice ; grâce à cela, j’ai pu constater comment un groupe peut évoluer au sein d’une semaine, et combien l’énergie des groupes est différente d’une semaine à l’autre. Et pourtant, chaque semaine était conviviale, chaleureuse, active, engagée et bienveillante à sa façon ! Merci à Stéphane et à Florence de m’avoir accueillie pendant tout ce temps, merci à tous ceux que j’ai rencontré ; ces quatre semaines de « travail » m’ont paru être des vacances, et je sais que je ne les oublierai pas… A bientôt !


_________

ACTUALITÉS


Le 27 juin 2016 ** Une étape Pierre-Papier-Ciseau à l’écocentre **

Au cours de la semaine de chantier participatif du 11 au 18 juin, beaucoup de choses ont bougées à l’Ecocentre! La construction avance, le jardin s’embellit, l’espace de pratique du dojo devient de plus en plus resplendissant. Victor, pratiquant ferru et fidèle du Dojo Shiseikan Paris, était des nôtres. En ce moment, Victor sillonne le territoire français à la rencontre des initiatives qui sont orientées vers la construction et la fabrication durable, locale et humaine. Dans cadre de ce projet personnel et professionnel, il a rédigé un article sur l’étape qu’il a faite à l’écocentre de Laboule.

Nous vous invitons à lire l’intégralité de son article et de dévorer ses photos des yeux ICI, et vous suggérons de suivre le périple de Victor (qui a commencé début mai, qui se terminera fin juillet) sur son site www.pierrepapierciseau.com

L’écocentre accueille cinq semaines de stages cet été (chantiers participatifs, arts martiaux enfants, qi gong et nature, sortie yamabushi, yoga) donc nous vous disons à très bientôt sur cette page d’Actualités pour partager nos plus récentes aventures.


Le 17 mai 2016 ** la Chronique de Luhia **

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis Luhia, j’effectue mon service civique au dojo depuis début avril. Le stage enfants d’avril a été mon premier contact à l’écocentre de Laboule et voici un petit article qui retrace la semaine que nous avons passée tous ensemble. J’espère qu’il vous plaira.

** Stage enfants Avril 2016 à Laboule **

Après un deuxième trimestre chargé, aidons les petits citadins à sortir de leur cage !

20160429_122058 DSCF8598

… en découvrant le magnifique site de l’Ecocentre de Laboule…

20160428_160129_001 DSCF8313 DSCF8324

… chacun commence à se détendre.

IMG_3774 IMG_3712 20160429_122414

Tous les jours, les enfants pratiquent au dojo le matin et approfondissent les techniques de combat.

IMG_9451 IMG_9441

L’esprit est ludique et léger!

DSCF8562 IMG_9466  IMG_9470

Les enfants sont initiés à la pratique centrée. Lors d’un cours, Stéphane leur a expliqué la signification du “seiza”, cette posture d’assise qui marque le début et la fin d’une séance. Au début du cours, le seiza permet de faire une coupure entre l’espace extérieur et l’espace du dojo; à la fin du cours, le seiza invite au recueillement et à l’intégration des fruits de la pratique. Cette posture aussi stable qu’une montagne enracinée semble statique de l’extérieur, mais elle est tout sauf passive. Il faut y dévouer sa pleine attention, et rester aux aguets, tel un cobra immobile mais prêt à jaillir.

IMG_9471

L’après midi, petits et grands ont profité de la magnifique météo pour partager des moments sportifs, éducatifs et enrichissants:

  • des sorties escalade, de la randonnée

20160425_181209 20160428_131402

  • une balade avec Agnès, ancienne du village qui a parcouru avec nous les 7km aller-retour qu’elle faisait tous les jours pour se rendre de son hameau natal, Vallousset, jusqu’à l’école de Laboule. Elle a nous a régalés d’anecdotes qui ont surgies le long du chemin des écoliers: “On avait l’habitude de manger les raisins de l’agriculteur, et un après midi il s’était caché dans les vignes pour nous surprendre…”, “Là où vous voyez tous ces arbres, eh bien avant c’était des pâturages pour les moutons et les chèvres”,”Nous les filles, on devait faire attention en passant sous cet arbre, parce que les garçons couraient devant, y grimpaient, et nous faisaient pipi dessus!”

DSCF8360 DSCF8370 DSCF8373bis

  • un atelier vannerie avec Marie-Hélène, qui nous a montré ses outils et ses techniques pour faire des paniers en osier (avec des anses en châtaignier), et des corbeilles en raffia et en ronces

20160428_174250 DSCF8471

  • baignade revigorante pour petits et grands téméraires dans une eau à 8-10°C

IMG_3587

  • une sortie pique-nique sur les flancs du Tanargue et sa nature sauvage où certains se sont baignés de façon “accidentelle”, cette fois là!

IMG_3647 IMG_3678 IMG_3680

  • atelier potager avec Matthias, qui nous a appris comment faire les semis. Il y avait huit étapes (dont arroser les graines tout à la fin; pour le reste, demandez aux enfants, ce sont eux les experts maintenant !)

IMG_3728 IMG_3716

  • moments conviviaux de jeux et de gastronomie… et parlant de gastronomie, merci de tout coeur à Leila qui nous a gâtés avec sa délicieuse cuisine et des desserts deux fois par jour. Elle a ménagé avec brio nos régimes alimentaires (végétarien? sans gluten? sans gluten & sans oeuf?) et signalons LA DECOUVERTE CULINAIRE DE LA SEMAINE… une mousse au chocolat végane avec un ingrédient surprise. Elle est légère, que dis-je, aérienne!! Et elle a séduit tout le monde, même les non-végans… ce qui est franchement impressionnant.

DSCF8430 IMG_3749 IMG_9411

En somme, ce fut une semaine de soleil, de partage et de liberté.

** la Suite **

Vous étiez au stage enfants d’avril 2016 et vous souhaitez partager un souvenir, un moment, une anecdote? Laissez un commentaire!

Vous avez aimé cet article et aimeriez que ces chroniques qui retracent les stages et la vie du dojo continuent? Aimez l’article et partagez-le, et/ou dites-le moi en personne.

Vous souhaitez inscrire votre famille pour le stage enfants été 2016 (du 23 au 30 juillet)? Téléchargez le bulletin d’inscription, et passez le rendre à Stéphane ou moi-même.

Avec gratitude et enthousiasme, je vous dis à bientôt!

Luhia