LES FONDATEURS

 

Stéphane Chovet

Comme les 5 doigts de la main, 5 aspects caractérisent sa vie : la nature, les arts martiaux, la philosophie, l’entraide et l’écriture. Il a commencé le judo à 8 ans, puis vers 14 ans le karaté et le jujitsu. Alors que sa vie l’orientait vers une carrière de footballeur professionnel, il abandonne le football en 1988 et s’installe à Paris pour s’adonner complétement à ses deux passions, les arts martiaux et la philosophie. En 1993, à la fois ceinture noire de judo et de karaté il donne ses premiers cours de judo et de jujitsu, puis des cours de karaté en 1998. En parallèle, dès 1993,  il organise ses premières sorties nature principalement dans le massif central et s’investit dans la protection civile et l’aide aux jeunes en difficulté dans des quartiers réputés sensibles de Paris. Il suit des cours de philosophie au grès des rencontres via des cafés philos et des séminaires et s’inspire particulièrement d’Edgar Morin puis plus tard de Matthieu Ricard. Marqué par l’approche transverse d’un Aoki, d’un Tokitsu ou d’un Moshizuki, en 1998, il se lance dans l’apprentissage des arts martiaux et arts énergétiques chinois. En 2007, il enseigne le Qi Gong et les arts martiaux chinois. Quelques maîtres d’art martiaux ont jalonné directement ou indirectement son parcours parmi lesquels les maîtres Levannier, Abbé, Mochizuki, Palma, Yang Jwing Ming, De Peretti et depuis 2009 Wong Tunken dont il suit toujours l’enseignement. En 2008 il prend la responsabilité du dojo Shiseikan dans le 15° à Paris.  En 2011, il écrit un premier essai « Où va le Monde ? ». En 2014, il crée avec son épouse Florence, l’Ecocentre de Laboule en Ardèche.

Florence Chovet Jacquemart

Musicienne, spécialisée dans les instruments  à vent du Moyen-Age et de la Renaissance, elle souffle  dans des cornemuses, des flûtes doubles, flûtes à trois tous, six trous, huit trous,  passe par le Japon en côtoyant le shakuhachi, participe à des projets  artistiques aussi bien en théâtre musical qu’en réalisations chorégraphiques contemporaines ou de contes pour enfants. C’est au sein de l’ensemble Obsidienne qu’elle effectue ses principaux enregistrements et concerts.  Ses penchants pour le vent se sont toujours accompagnés d’une passion pour la nature, le végétal et la pratique de la terre dans tous ses états pour donner  et partager du bon et du beau ( jardin, poterie, marches). Les monts d’Ardèche de l’écocentre qu’elle a choisi avec Stéphane Chovet se trouvent être un lieu et une énergie appropriés  pour créer, échanger et s’y poser un temps de sa vie.